AccueilPortailRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionFAQCalendrier

Partagez | 
 

 Léger Quiproquo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Céleste Mandon
avatar

Voir le profil

MessageSujet: Léger Quiproquo    Ven 30 Juin - 8:46



Ce matin-ci, je m'étais réveillée d'assez bonne humeur. Un agréable soleil veillait ma chambre, et la journée n'en serait que plus agréable. La douce luminosité avait caressé mes paupières avant que je n'entrouvre les yeux pour en admirer le visuel. Ceux-ni n'étaient pas agressés par les rayons légers qui se contentaient de les effleurer. J'étais resté un long moment allongée à observer le ciel si bleu par ma fenêtre ouverte, donnant vie aux nuages et leurs inventant mille comptes. Leur duvet cotonneux titillait mon imagination qui se faisait fertile. Ainsi, je m'évadais, m'échappant de mon corps par ces carreaux si claires.

Revenue en moi-même, la faim qui tiraillait mon ventre me ramenant à ma condition d'humaine, je décidais finalement qu'il était temps de me lever. Je me rendais jusqu'à la cuisine pour en explorer les placards. Mon choix se porta sur une jolie pomme, bien ronde et d'un magnifique vermillon. Sa brillance était telle que je rechignais à la détruire, mais je finis tout de même par croquer dans le fruit défendu avec délice. Son jus opulant ondoyant sur mes lèvres et mon menton, je l'essuyais d'une main. Adossé au plan de travail, je songeais au déroulement de ma journée. Il était encore excessivement tôt, tant même que ma sœur et ma mère n'étaient pas encore éveillées, et j'avais beaucoup de temps devant moi. J'avais des tissus à acheter l'après-midi, et rendez-vous le matin-même chez une cliente à Près-Au-Lard pour prendre ses mensurations. Même si je ne devais pas la retrouver avant deux bonnes heures, je décidais de tout de même me rendre à son village dès que je serais prête. Là-bas, il y aurait bien quelque chose à faire pour me distraire.

Retournant mes placards pour trouver une tenue convenables, j'attrapais quelques vêtements et me rendais à la salle de bains. Je n'avais plus porté de robe de sorcier depuis Poudlard, je les trouvais austères et tristes. La mode me passionnait, au points d'écumer des heures durant les magasins, aussi bien sorciers que moldus. Ainsi, il était possible de faire des assemblages d'autant plus étonnants et invraisemblables. J'avais choisi pour ce jour d'enfiler un caraco à dentelle noir et une jupe midi bronze que je maintenais à l'aide d'une épaisse ceinture de cuir vieilli. Une fois habillée, je décidais de me maquiller. Cette action n'était pas systématique, mais j'aimais jouer avec les couleurs et les matières, donnant plus de singularité à mon visage. Étoffer les cils avec un peu de mascara. Souligner les pommettes d'un coup de blush léger. Révéler mes lèvres avec une couche de rouge à lèvre prune. Finissant ma toilette, je coiffait ma longue chevelure que je laissait libre. Je saisissais mon sac dans lequel se trouvait tout mon nécessaire et enfilant ma paire de bottines qui me faisait bien gagner une dizaine de centimètres. Je n'étais pas excessivement petite mais j'aimais me grandir. Bien trop souvent, on se contentait de me considérer comme une enfant, ce qui avait le don de m'horripiler. Même si cela était d'une inutilité frappante, j'espérais que ma taille nouvelles leur fasse cesser leur attitude désobligeante. Soupirant face à mes pensées, je me rendais jusqu'à notre cheminée pour être transportée au hameau.

J'y fut immédiatement rendue, et je flanais dans les ruelles le temps d'avoir à retrouver ma cliente. Elle ne m'avait pas donnée beaucoup d'informations sur ce qu'elle désirait comme nous ne nous étions que très brièvement rencontrés, et j'étais curieuse de découvrir ses attentes. Pour le moment cependant, j'avais décidée, pour passer le temps, d'aller dans le charmant salon de thé où je sirotais bien souvent un chocolat chaud. Ils y étaient exquis. Je m'apprétais à passer le pas de la porte lorsqu'une voix masculine m'interpella. Me retournant, j'abandonnais ce que j'avais entrepris pour découvrir le visage de mon interlocuteur.

Il était assez dur, un brun au regard froid. Son visage laissait paraître qu'il avait vécu de nombreuse choses et on pouvait y percevoir quelques cicatrices. Pourtant, il ne m'intimidant ni ne m'impressionnait en la moindre manière. Je m'écartais de l'entrée en souriant aimablement.

"- Oui ? Je peux peut-être vous aider ?"

S'il cherchait une adresse ou quelqu'un, il fallait avouer que je me révélerait sans intérêt, je ne connaissais clairement pas suffisamment le village pour cela. Mais peut-être était-ce autre chose ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Nestowe
avatar
Moldu semi-libre du Pays de Galles

Voir le profil

MessageSujet: Re: Léger Quiproquo    Ven 30 Juin - 11:19

Pré-au-Lard, repère de sorciers. Ces derniers étaient rarement "clean", alors ça se révélait être une mine d'informations par là-bas. Aaron s'y rendait très souvent, il rentrait rarement bredouille. Aujourd'hui par exemple, il y est. Une piste, un indice ou une trace lui suffirait. Il y avait toujours ces bruits de traffic qui l'intriguent.

Alors il parcourt les rues du village sorcier. Il n'aime pas devoir se mêler entre les uns et les autres. Aaron se trouve relativement asocial... Peut-être qu'il devrait plutôt dire asocial envers les sorciers. Lorsqu'il croise un moldu, il est agréable, et même sympathique. Ah voilà une jeune femme qu'il n'a jamais vu ici. Il le sait puisqu'il vient ici assez souvent pour savoir qui est un habitué et qui ne l'est pas.

- Excusez-moi mademoiselle ! dit-il pour l'interpeler.
- Oui ? Je peux peut-être vous aider ?

Elle semble normale, définitivement normale. C'est une moldue. Il a eu de la chance. De dos ses vêtements semblaient normaux, et de face, ils le sont toujours. Aaron est soulagé.

- Peut-être en effet, je suis Aaron Nestowe, et je travaille au Muggle Times.

Il décline son identité, il le fait par principe mais rares sont les moldus qui ne le connaissent pas. Il sourit poliment à son interlocutrice, il se veut agréable et sympathique. En fait, il l'est. Aaron est toujours sympa. Ah non, pas toujours...

- J'ai eu vents de quelques rumeurs, je n'ai pas de noms malheureusement, mais il se dit qu'il y a un traffic d'esclaves pas très... légal dirons-nous. Je voulais donc savoir si vous, vous n'aviez rien entendu ? Un bruit qui court peut-être ?

Il est plein d'espoir. Peut-être qu'au final, elle ne lui apportera aucun nouvel élément, ou peut-être que si. Il ne veut pas la presser, il sait que parfois il se fait insistant et les gens prennent peur. Aaron essaye de se contrôler, il calme son coeur si excité par l'enquête et il attend que la blonde lui réponde ou à la positive, ou à la négative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céleste Mandon
avatar

Voir le profil

MessageSujet: Re: Léger Quiproquo    Ven 30 Juin - 12:23

Le jeune homme se présenta sous le nom d'Aaron Nestowe, et dit travailler au Muggle Times. Le nom de ce journal me disait vaguement quelque chose, mais j'avais du mal à me rappeler quoi. C'était assez frustrant, et je me sentais idiote, mais cela ne servirait à rien d'inutilement faire celle qui savait. Je préférais directement m'informer plutôt que paraître connaître une chose dont je ne pourrais rien dire. Fonçant les sourcils, je cherchait à comprendre.

"- Il me semble en avoir déjà entendu parler, mais je ne pourrais dire avec exactitude de quoi il s'agit. Qu'est-ce ?"

J'avais écouté sa réponse tout en hochant compréhensivement la tête, mon geste ayant été d'une lenteur exagérée. Désormais, je pouvais penser à sa requête, c'est à dire réfléchir au fait qu'il puisse y avoir un marché d'esclaves clandestin.

"- Laissez-moi un instant."

Il y avait bien quelques rumeurs, mais étaient-elles fondées ? Cela ne servirait à rien de lui en parler s'il ne pouvait pas l'utiliser. Après, c'était son travail de démêler le vrai du faux. Au bout de quelques minutes je me décidais enfin à parler.

"- J'ai déjà entendu quelques conversations qui pourraient vous intéresser. Mais je n'ai fait qu'écouter les discussions de passants, il est possible que cela ne vaille rien. Apparemment, il y aurait une vente aux enchère à minuit tous les derniers jours du mois dans un lieux qui changerait à chaque fois. Je suis désolée mais c'est tout ce que je peux vous dire."

Je grapillais bien souvent les dires des autres et ce que j'énonçais, je l'avais entendu à plusieurs reprise. Peut-être y avait-il un fond de vérité ?  Où était-ce totalement faux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Nestowe
avatar
Moldu semi-libre du Pays de Galles

Voir le profil

MessageSujet: Re: Léger Quiproquo    Ven 30 Juin - 13:49

- Il me semble en avoir déjà entendu parler, mais je ne pourrais dire avec exactitude de quoi il s'agit. Qu'est-ce ?

Aaron hausse un sourcil, surpris. Il est rare de croiser des gens qui ne connaissent pas le journal. C'est pas grave. A la place il répond gentiment.

- C'est un journal que j'ai créé il y a peu, je relate les nouvelles du monde sorcier pour les moldus.

Si elle ne connait pas, il est pas nécessaire d'en dire plus. Si elle le lit, elle verra bien que c'est pas que des nouvelles, mais plutôt une grande enquête sur les injustices qu'ils subissaient tous. C'est après qu'elle réfléchit à sa question. Aaron est fébrile. C'est déjà une bonne nouvelle qu'elle réfléchisse.

- J'ai déjà entendu quelques conversations qui pourraient vous intéresser. Mais je n'ai fait qu'écouter les discussions de passants, il est possible que cela ne vaille rien. Apparemment, il y aurait une vente aux enchère à minuit tous les derniers jours du mois dans un lieux qui changerait à chaque fois. Je suis désolée mais c'est tout ce que je peux vous dire.
- Bingo ! souffle-t-il.

Voilà la confirmation d'une rumeur. Voilà plusieurs semaines qu'il essaye de croiser les informations obtenues. Il a entendu lors d'une soirée au Chaudron Baveur, deux sorciers qui parlaient à voix basse (sans doute voulaient-ils être discrets), qu'il y avait des trafics en fin de mois. Maintenant, la jeune femme confirme cela.

- Vous n'avez pas à être désolée, c'est déjà exceptionnel ce que vous me dites ! Vraiment !

Il s'enthousiasme. Maintenant il avait quelques autres questions. Il n'espérait clairement pas toucher le gros lot comme ça.

- Est-ce que vous vous souvenez où vous l'avez entendu miss... ?

Il laisse sa phrase en suspens, il s'est présenté, mais il ne connait pas son interlocutrice. Avoir un nom peut l'aider. Surtout pour la suite de l'enquête. Si elle a souvent vent d'informations comme ça, elle pourrait être une fidèle alliée. De toute façon, il ne voit pas pourquoi ils ne se soutiendraient pas, entre moldus on se serre les coudes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Voir le profil

MessageSujet: Re: Léger Quiproquo    

Revenir en haut Aller en bas
 

Léger Quiproquo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» Quiproquo {PV Katie}
» Départ et quiproquo, que du bohneur !
» Une amitié peut cacher un quiproquo. A Y D E N
» Quiproquo en musique (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde des Sorciers :: Écosse :: Pré-au-Lard-